La charge mentale : comment y faire face ?

Nous sommes au coeur de l’hiver, en plein milieu de ce mois de février qui n’en finit pas et des enfants qui commencent à ressentir la fatigue (vivement les vacances !). Aujourd’hui, nous aimerions vous parler d’un sujet qui nous tient à coeur : la charge mentale !

La charge mentale c’est quoi ? Inscrire le petit dernier au foot, prendre rendez-vous chez le pédiatre, penser à acheter du beurre pour le gâteau d’anniversaire… Cette petite liste qui tourne en boucle dans la tête de nombreuses femmes, mères et actives véritables super mom et qui se renouvelle sans jamais cesser, c’est la fameuse et épuisante “charge mentale”. Pourquoi en sommes arrivés là ? De nombreuses femmes dénoncent aujourd’hui ce fléau . Sur les réseaux sociaux ou entre discussions entre amies.

C’est un fait, de nos jours, les mères actives en couple se chargent toujours de la plupart des tâches domestiques ( les femmes passent deux fois plus de temps à faire le ménage et à s’occuper des enfants) , mais en plus, elles doivent penser à tout, tout le temps, pour la bonne marche de la maison et le bien-être de la famille. D’après une étude récente, près d’une femme en couple sur deux estime que son partenaire ne s’implique pas assez dans l’organisation des tâches ménagères. 57 % des femmes interrogées attendent pourtant du soutien de sa part. Car ce sont bien elles qui, en grande majorité, achètent le tube de colle qui manque au petit, inscrivent les enfants dans les activités périscolaires, supervisent les devoirs . Bref, une activité multi-tâche : tour à tour chefs de projet, directrices de la logistique de la maison, ambassadrices de la famille, ce sont elles aussi qui invitent les copains à dîner, organisent les cadeaux pour la maîtresse…Ce à quoi les hommes répliquent un « fallait demander » des hommes, réponses typiques et pas si caricaturales que ça !

Pourquoi les femmes sont-elles encore et toujours seules en charge du quotidien familial ? Selon les sociologues, au moment de l’arrivée du premier enfant, il y a un équilibre relatif dans la répartition des tâches domestiques, mais qui se rompt après la naissance. Cela commence dès le congé de maternité que la jeune mère, seule avec son bébé, prend l’habitude de prendre en main l’organisation de la maison, tandis que le père est au travail. Mais le conditionnement des femmes, qui se considèrent plus légitimes que les hommes pour gérer la famille et la maison, joue toujours aussi. C’est le fameux : “Laisse, j’irai plus vite et ce sera mieux fait”, qui disqualifie les hommes et ne leur donne guère envie de se calquer sur des façons de faire imposées. »

Charge mentale : les symptômes

La charge mentale, c’est cette faculté que nous avons à accumuler les choses à penser et à faire. Il arrive que la charge mentale mène au burn out à cause de ce flot continu de tâches à gérer et qui occupe l’esprit sans lui laisser de repos. C’est cet aspect multitâches qui fait souffrir les personnes, avec un sentiment de ne plus y arriver. On liste les choses à faire, on installe une alerte sur son téléphone portable pour ne plus oublier, de plus en plus de choses à faire dans un temps toujours plus limité. Une saturation qui peut mener dans certains cas mener au burn out. Alors, pour éviter le pire, quelques petites astuces sans prétention pour faire baisser la pression sans attendre de craquer !

Les solutions pour survivre à la charge mentale

  • Lâcher prise : écouter cette petite voix intérieure qui vous crie « stop » ! On s’assoit, on respire, on ferme les yeux ….5 minutes, cela suffit à stopper le flux incessant de pensées dans le cerveau. Et pour éviter qu’il ne sature justement ce cerveau, on se reconnecte avec nos sensations corporelles. On porte notre attention à notre respiration, on pend conscience de la position de notre corps, nos pieds sur le sol, on se reconnecte aux sons qui nous entourent. Au bout d’un moment, le cerveau renonce à maîtriser tout cela et s’arrête de galoper !
  • En faire moins ! Rabaisser son seuil d’exigence, faire moins de choses. Arrêter par exemple de surcharger ces weeks-ends d’activités, de sorties, d’obligations. Programmer votre dimanche à ne rien faire.
    Dans les faits, cela reste difficile de refuser une invitation avec des copains que l’on aime bien, car une autre invitation est déjà prévue le même week-end. Mais rien de pire que des week-ends surchargés dont tout le monde ressort épuisés. Un bon livre, moins d’horaires à respecter, les enfants qui traînent pyjamas à 14 h, cuisiner (ou pas!)…bref, on laâche prise et on profite d’être ensemble sans pression et en appréciant ses moments ! Ca tombe bien, c’est très Hygge comme philosophie ! Vous verrez que sur le long terme, cela fait du bien à tout le monde. »
  • Faire des listes : cela permet de se décharger de ses pensées justement. Les laisser sur le papier permet de se dégager du temps de cerveau disponible ! La bonne nouvelle chez Pastel Shop c’est que nous avons des tonnes d’outils pour cela : jolis bloc-notes, meal planner et autres semainiers …:)
  • Communiquer en famille : réunir les membres de la famille, enfants inclus, en leur faisant comprendre que la maison est un lieu de vie collective et que l’on est tous là pour le faire tourner. Tout le monde travaille, que ce soit à l’école ou à la maison et tout le monde peut y mettre du sien, à son niveau bien sûr. On ne parle pas d’aide mais de partage. Cela peut vraiment provoquer de chouettes discussions dans les familles !
  • Si on peut se le permettre financièrement, se faire aider en engageant une femme de ménage (avec des titres-services) ou faire ses courses en ligne.
  • Arrêter de parler et agir. Se poser la question (qui fait mal !) de savoir si cette charge mentale ne nous donne pas aussi le sentiment d’exister…Le simple fait d’en avoir conscience permet déjà d’avancer … Apprendre à demander de l’aide lorsque nous en avons besoin, au lieu d’attendre que l’autre devine ce dont nous avons besoin. Bref, vous l’aurez compris, la communication reste une clé essentielle.

La charge mentale est un problème qui reste très majoritairement féminin mais qui doit être pris en charge à deux… Il y a plusieurs cas de figure : il y a des hommes qui n’aident pas assez, il y a ceux qui n’aident pas du tout et il y a ceux qui aident mais qui n’ont pas forcément conscience de cette multitude de petits détails à régler ( « détails » qui constituent justement cette satané charge mentale !). Et bien sûr il y a des femmes qui aiment tout maîtriser, des femmes avec un niveau d’exigence et d’attente tellement élevé qu’elles préfèrent finalement faire elles-mêmes ou encore des conjoints qui ne vivent pas au même rythme ce qui peut entretenir de la rancune en continu, des deux côtés. Il faut savoir aussi lâcher prise pour accepter l’autre et son mode de fonctionnement. Ce qui n’est pas fait par nous-même sera fait différemment et c’est aussi très bien ! Certaines femmes doivent apprendre à lâcher le contrôle, ce qui est loin d’être évident parce que finalement, ce « partage » des tâches s’est construit depuis très longtemps, depuis l’époque des cavernes ! Et beaucoup d’hommes doivent apprendre à ne plus agir sur commande, à s’autonomiser et à être moins déconnectés des réalités quotidiennes.

Bref, pas de victime ni de coupable, simplement peut-être un modèle de société à réorganiser de façon plus paritaire !

Cet article a été publié dans PastelShop. Ajouter à vos favoris lien.